Ces dernières années ont été marquées par une intense activité politique et réglementaire aux plans national et international, visant à renforcer les processus de lutte contre la fraude, le blanchiment et le financement du terrorisme. Ces processus coûteraient plus de 18 milliards de dollars par an aux banques. Après une hausse de 21 % sur les deux dernières années, la facture devrait continuer de s’alourdir.

Par ailleurs, les articles 7 à 24 de la loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, dite « Loi Sapin II », imposent la mise en place d’un dispositif de prévention et de détection de faits de corruption ou de trafic d’influence.

Les ressources humaines pèsent lourd dans les dépenses, qui représentent, de loin, la plus grande part des budgets liés aux activités de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d’argent (73 % des coûts, contre seulement 27 % pour la technologie).

« Réglementation AML, lutte anti-corruption (Loi sapin II)…les exigences de due diligence sont renforcées sous la pression réglementaire. »

Les nouvelles méthodes d’entrée en relation avec les clients apparaissent d’autant plus prometteuses que les banques et sociétés financières françaises se tournent pour l’heure avant tout vers le traitement manuel des procédures, tâches coûteuses et inefficaces pour une grande majorité de ces sociétés.

Ces éléments se cristallisent par la volonté de la Commission Européenne de préparer d’ores et déjà une 5ème mouture de la directive anti-blanchiment, qui consolidera encore plus les règles d’identification des bénéficiaires effectifs des sociétés.

Les banques doivent continuer à s’appuyer sur des ressources externes probantes pour compléter et alimenter leur dispositif, tout en évitant de multiplier les sources d’information pour répondre à l’ensemble des exigences.

En réponse à ces enjeux, des solutions existent qui proposent des leviers permettant d’optimiser la connaissance des tiers, et qui répondent aux exigences réglementaires.

Ainsi, Ellisphere – prestataire d’information économique et financière en France et à l’international – a développé une méthodologie d’identification des bénéficiaires effectifs pour atteindre un haut degré de précision.Contactez les conseillers d’Ellisphere pour en savoir plus sur les solutions développées

Share