Raréfaction des données financières, digitalisation des process décisionnels, recherche d’une productivité accrue… La mutation engagée des métiers des directions financières dont celui de credit management nécessite de recourir à des outils innovants particulièrement en matière de scoring. Entretien avec Valérie Attia, directrice générale d’Ellisphere, réalisé par Eric Scherer et diffusé dans le magazine Fonction Crédit de l’AFDCC* paru en octobre 2017. 

Quelle est la stratégie d’Ellisphere aujourd’hui ?

Plus que jamais, bâtir des solutions innovantes pour accompagner les acteurs économiques publics et privés dans le cadre de leur politique de financement à court, moyen ou long terme, en France et à l’international. Bien entendu, les besoins des directions financières et de leurs credit managers sont au cœur de notre stratégie d’innovation.

Scoring, notation privée, analyse financière, les domaines où Ellisphere propose de nouvelles solutions adaptées aux attentes des professionnels ne manquent pas ! Avec comme clef de voûte à cette stratégie, le développement des expertises métier au sein d’Ellisphere, et l’engagement quotidien de nos équipes auprès des entreprises.

Il faut dire que les métiers du financement des entreprises à court, moyen ou long terme ont fortement évolué ces dernières années

Je dirais même que ces métiers sont en pleine mutation, pris en étau par des évolutions majeures, externes et internes à l’entreprise. Externes comme la complexité réglementaire grandissante touchant à des sujets divers tels que la conformité ou l’accès aux données financières des entreprises. Internes comme la digitalisation des process décisionnels ou la recherche d’une plus grande productivité.

Un défi global de taille que chacun partage à son niveau chef d’entreprise, directeur financier, credit manager ou responsable des achats, directeur commercial ou marketing…

Quel est l’objectif ultime pour ces professionnels ?

Si l’environnement des entreprises est évolutif, pour ne pas dire mouvant, l’objectif pour les dirigeants et décideurs est lui très clair : performer financièrement et commercialement tout en garantissant la pérennité de leur structure.

« L’objectif pour les dirigeants et décideurs est lui très clair : performer financièrement et commercialement tout en garantissant la pérennité de leur structure. »

Cette notion de pérennité concerne particulièrement les credit managers

Parce qu’ils sont au cœur du modèle décisionnel en matière de ligne de crédit. Historiquement, les credit managers ont toujours pris leurs décisions sur la base de renseignements financiers. Au fil du temps, l’utilisation complémentaire de scores leur a permis de prédire la défaillance des entreprises, facilitant ainsi des relations de confiance sur des durées plus longues avec leurs partenaires commerciaux.

Comment avez-vous été amenés à réagir concernant la carence d’informations financières issues de l’option de confidentialité sur les comptes annuels ? 

Cette carence est avant tout pour les entreprises et non pour des prestataires d’information comme Ellisphere.

En effet, nous avons beaucoup œuvré avec la FIGEC** pour avoir accès à ces données confidentielles – sans possibilité de les diffuser par ailleurs – car elles nous sont absolument nécessaires pour continuer de bâtir nos scores de la façon la plus fiable possible.

Je remercie d’ailleurs la clairvoyance du législateur, à qui nous avons expliqué notre métier à plusieurs reprises, et qui a compris l’intérêt qu’il y avait à soutenir le financement de l’économie. Pour rappel, le crédit interentreprises représente aujourd’hui en France plus de 630 Md€.

Constatez-vous  davantage  de  demandes d’enquêtes  consécutivement à cette carence ? 

Pas encore, car il faut rappeler que la Loi Macron sur les entreprises  a été mise en place pour les comptes déposés à partir d’août 2016.

Aujourd’hui, tous nos clients utilisent nos solutions pour avoir accès à un score et un avis de crédit sur leurs partenaires commerciaux. Certains d’entre eux se satisfont en première approche de ces solutions sans pour autant procéder à une analyse financière approfondie, et ne pâtissent pas de l’absence des données du compte d’exploitation.

Toutefois, face à une prise de décision plus délicate, nous leur permettons d’accéder à davantage d’informations grâce à notre pôle d’enquêteurs et d’analystes qui étudient l’entreprise, son écosystème, ses carnets de commande, etc., pouvant ainsi aller jusqu’à de la notation privée***.

Nous proposons par ailleurs des informations dites d’évaluation. En effet, pour les entreprises pour lesquelles nous disposons du seul bilan actif-passif, nous avons pu  reconstituer quelques agrégats du compte d’exploitation uniquement à partir de méthodes statistiques. Cette reconstitution statistique est donc fondée exclusivement sur les données publiques que l’entreprise communique, et peut s’avérer utile pour certains de nos clients même si elle n’est pas le reflet exact de la réalité.

De quelle manière l’intégration progressive des technologies a-t-elle modifié la façon de décider ?

Historiquement, les directions financières ont toujours pris des décisions dans le cadre de leur politique d’engagement à court, moyen ou long terme sur la base de renseignements financiers.

C’est l’apport de la statistique qui a autorisé le  passage vers des scores dits de 2nde génération aux performances accrues, mais néanmoins toujours limitées. Enfin, les scores de 3ème génération, avec lesquels nous travaillons aujourd’hui, offrent dorénavant des performances beaucoup plus fortes, aisément compatibles avec les engagements pris par les acteurs économiques, notamment à 1, 2, 3 ou 5 ans.

En quoi ces scores de « 3ème génération » sont-ils innovants ?

Nos scores sont calculés à partir d’un modèle purement statistique (machine learning****), en ayant recours à des modélisations innovantes et disruptives, utilisant des millions de données financières que nous détenons sur les entreprises depuis plus de 20 ans. Ceci nous permet de bâtir des solutions de scoring personnalisées ou sur-mesure, directement en lien avec les enjeux et processus décisionnels de nos clients.

Machine Learning, analyses prédictives ou intelligence artificielle représentent des outils performants pour répondre aux enjeux de nos clients.

« Machine Learning, analyses prédictives ou intelligence artificielle
représentent des outils performants pour répondre aux enjeux de nos clients. »

Pourquoi faire évoluer la prise de décision avec ces nouvelles solutions de scoring ?  

Il y a aujourd’hui nécessité à se transformer, principalement pour deux raisons.

Premièrement, l’option de confidentialité des comptes est ouverte à une large population d’entreprises (micro et petites entreprises). Avec moins d’informations financières disponibles, le recours à un score de 3ème génération, standard, personnalisable ou sur-mesure en fonction des enjeux spécifiques de chaque entreprise, prend ici toute sa force.

Deuxièmement, les utilisateurs sont paradoxalement soumis à une profusion d’informations plus ou moins fiables, qu’ils doivent intégrer dans leurs systèmes d’information. Or, l’utilisation de cette multitude de données, très hétérogènes, nécessite d’être rationalisée pour une exploitation optimale en temps et en qualité.

De facto, la transformation et les solutions qui l’accompagnent sont déjà une réalité.

Quels sont les risques à ne pas se transformer et quels sont les bénéfices à le faire ?

Le risque serait de voir très rapidement baisser la pertinence des décisions prises sur des partenaires commerciaux, nouveaux ou existants. A l’inverse, accepter cette évolution permet de garantir une meilleure performance commerciale et financière, par des prises de décision éclairées qui mesurent au plus juste le risque de financement (crédit, investissement). Les directeurs financiers et les credit managers notamment doivent comprendre l’avantage qu’ils ont à passer le cap et à être accompagnés dans cette transformation.

Comment voyez-vous évoluer le métier de credit manager ?

Il va probablement évoluer vers toujours plus de valeur ajoutée. Si le recours à une technologie innovante permet d’optimiser, voire d’automatiser la prise de décision pour une grande part des engagements, l’expertise du credit manager demeurera indispensable, particulièrement sur des dossiers plus complexes.  Il pourra ainsi mieux concilier la recherche accrue de productivité et le maintien d’une qualité optimale des prises de décision.

« L’expertise du credit manager demeurera indispensable,
particulièrement sur des dossiers plus complexes. »

Finalement, quelle est l’ambition d’Ellisphere en proposant ces nouvelles solutions ?

Gérer une entreprise, c’est anticiper, arbitrer et prendre les bonnes décisions au bon moment. Aussi, en accompagnant les dirigeants et décideurs dans la transformation et l’adaptation de leur processus décisionnel, l’ambition d’Ellisphere sur le plus long terme est de faciliter la croissance et la pérennité de leur entreprise.

* L’Association française des credit managers et conseils
** Fédération Nationale de l’Information d’Entreprise, de la Gestion de Créances et de l’Enquête Civile
*** La notation élaborée par Ellisphere sur une entreprise est dite notation privée car elle est exclusivement communiquée au client ayant commandé la prestation
****  M
achine learning : technologie qui donne la capacité à un système informatique d’enrichir seul la compréhension qu’il a d’une masse informations

Share