Entre 2008 et 2015, l’Indice de Dynamisme Economique (IDE)* d’Ellisphere pour le secteur du Transport terrestre de voyageurs est resté largement positif. Il se situe au-dessus de l’IDE national qui, sur la même période, a oscillé entre 1,2 et 1,4. En 2016 cependant, le secteur connaît une sévère correction de son dynamisme.

Effet d’aubaine de la libéralisation du Transport terrestre de voyageurs

A compter de 2013, l’ouverture attendue du marché des cars en France, dans le sillage de l’Allemagne, a dynamisé, par effet d’anticipation et d’aubaine, le secteur du Transport terrestre de voyageurs avec plus de 1 000 créations annuelles d’entreprises. Ainsi, l’année de mise en place de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques marque le pic des mouvements d’entreprises et l’émergence de nouveaux autocaristes.

Une typologie d’entreprises concentrée

Entre 2008 et 2016, le principal des créations s’est fait au sein du code d’activités 4939B, comprenant l’organisation d’excursions en autocars, la location d’autocars avec conducteur à la demande, les circuits touristiques urbains par car et autres services occasionnels de transport routiers à la demande. Sur la période étudiée, ce code d’activités représentait près de 74 % des créations, largement devant les activités de Transports urbains et suburbains de voyageurs (code 4931Z), avec 14,4 %, ainsi que les Transports routiers réguliers de voyageurs (code 4939A) avec 11,7 %.

Depuis 2014, plus de 50 % des créations se sont concentrées en Ile-de-France, principal bassin de consommateurs et centre névralgique des grands donneurs d’ordres du Transport terrestre de voyageurs. Suivent dans une moindre mesure (pour environ 10 % des créations), les régions Auvergne-Rhône-Alpes et PACA. Quant à la forme juridique d’exploitation, l’entrepreneur individuel reste prépondérant (plus de 54 % des créations), suivi des sociétés commerciales (45 %).

Les nouveaux autocaristes tiendront-ils la route ?

L’année 2016 a été celle d’un important retournement de tendance, accompagné de correctifs pour l’ensemble du secteur. L’effet d’aubaine aura fait long feu et éteint les ardeurs des nouveaux entrants. Dans les faits, les nouveaux autocaristes ne sont pas rentables et cherchent encore l’équilibre financier, avec néanmoins pour handicaps : une guerre mortifère des tarifs, de faibles taux de remplissage peu propices à la rentabilité, une révision des conventions sociales des conducteurs qui renchérit les coûts.

Face à ces difficultés, le secteur s’est réorganisé. Les créations ont drastiquement chuté en 2016 (- 44,4 %) et les disparitions (cessations d’activités et liquidations judiciaires) sont restées à un niveau élevé, avec en particulier une hausse des liquidations (+ 37,7 %). Les mouvements d’entreprises sont ainsi pratiquement à l’équilibre en 2016 générant un faible dynamisme, soit 1,18 création pour une disparition, contre près de deux en 2015. Cette tendance devrait perdurer en 2017.

* L’Indice de Dynamisme Economique (IDE) d’Ellisphere est un ratio calculé sur 12 mois glissants, entre les nombres de créations et de disparitions (cessations et liquidations judiciaires) d’entreprises.

Pour plus d’informations sur ces statistiques pole_statistiques_economiques@ellisphere.com