A fin mai 2017, et sur 12 mois glissants, le nombre de défaillances (liquidations et redressements judiciaires) enregistre en France une très nette décrue, passant de 61 253 à 55 835 entités, soit une baisse de 8,8 %. Malgré tout, 70 % des ouvertures de jugements restent des liquidations judiciaires indiquant ainsi la disparition définitive des entreprises.

Cette évolution baissière est sensiblement plus marquée pour les sociétés commerciales avec – 9,2 %, que pour les entreprises individuelles, – 8,6 %.

Autre bonne nouvelle, les très jeunes entreprises sont moins concernées, avec des baisses notables pour les tranches d’âge de moins de trois ans (- 12,1 %), et entre trois et cinq ans (- 13,4 %).

Toutefois, si les défaillances sont moins nombreuses, elles menacent toujours de nombreux emplois, 168 351 sur la période considérée, soit une hausse significative de 4,8 %. En effet, le profil des entreprises défaillantes évolue. Alors que celui-ci concerne moins les entreprises sans salarié (- 27 %), il vise davantage les entreprises avec salariés, particulièrement les tranches de 3 à 5 salariés (+ 12 %), ou encore de 10 à 19 salariés (+ 10 %).

A l’exception de la Corse, toutes les régions métropolitaines profitent d’une diminution du nombre de leurs défaillances, avec des baisses particulièrement fortes pour certaines d’entre elles. Le trio de tête est composé de Centre Val-de-Loire, Bourgogne-France-Comté et Bretagne, avec des évolutions respectives de – 19,7 %, – 16,9 % et – 14,1%.

Enfin, si la décrue est quasi générale d’un point de vue régional, elle est moins systématique d’un point de vue sectoriel. En effet, cinq secteurs d’activités enregistrent une hausse significative de leurs défaillances, Télécommunications, Bois, papier, carton & imprimerie, Pharmacie, Agriculture & pêche et Transports & logistique avec + 8,5 %, + 7%, + 4,8 %, + 3,6 % et + 0,7 %. A contrario, certains secteurs bénéficient d’une baisse magistrale du nombre de leurs défaillances, le premier d’entre eux étant Biens d’équipement du foyer avec – 20,6 %, suivi par Produits minéraux & chimie et Biens d’équipement industriel, avec respectivement – 17,5 % et – 17,2 %.

Ainsi, le recul des défaillances amorcé en 2016 (-7,2 %) se poursuit. Pour l’heure, le millésime 2017 s’inscrit dans une conjoncture économique en légère relance : une croissance du PIB entre 1,4 et 1,6 est annoncée par la Banque de France ou l’INSEE – des niveaux inédits depuis 2011. Ce regain d’activité devrait encore influer favorablement les défaillances dans les mois à venir.

Périmètre de l’étude : Ouvertures de redressements judiciaires et de liquidations judiciaires directes à fin mai 2017, sur 12 mois glissants

Pour plus d’informations sur ces statistiques pole_statistiques_economiques@ellisphere.com

Share