De 2009 à 2017, le secteur Agroalimentaire est pris en tenaille entre concurrence internationale et pression sur les marges, sans oublier les différentes crises alimentaires impactant  les modes de consommation.

Dans ce contexte général difficile, le renouvellement du tissu entrepreneurial n’a pu s’opérer dans ce secteur depuis 2009. En effet, l’arrivée de nouvelles entreprises demeure peu importante, moins de 7 000 créations par an, soit environ 1,3 % du total des créations en France métropolitaine sur un an. Année après année, ce faible niveau de créations n’a pu compenser les disparitions d’entreprises (cessations et liquidations judiciaires), générant in fine un déficit de 5 400 entités sur la période étudiée.

Un fort taux de sinistralité

Autre élément d’inquiétude : l’Agroalimentaire présente un taux de sinistralité –  part des liquidations dans le total des disparitions – important. Alors que sur le plan national, la part des faillites n’a cessé de décroître passant de 15 à 11 % du total des disparitions entre avril 2009 et avril 2017, cette part s’est détériorée pour l’Agroalimentaire passant de 18 à 23 % sur la même période.

En région

Dans l’Agroalimentaire, les deux tiers des mouvements d’entreprises, tant créations que disparitions, se concentrent sur cinq régions

En tête, l’Ile-de-France capte près de 23 % des créations pour 18 % des disparitions.
La région reste un fort pôle d’attraction : immense bassin de consommateurs, forte représentativité des métiers de bouche et de la distribution, ainsi que des grands groupes de l’industrie agroalimentaire via leurs filiales, centrales et réseaux. A titre de comparaison, la région Auvergne-Rhône-Alpes se positionne au 2ème rang avec 13 % des créations et 12 % des disparitions d’entreprises. Ces deux régions sont les seules à légèrement renouveler leur population d’entreprises agroalimentaires en 2017.

En termes de sinistralité, trois régions voient leur tissu entrepreneurial agroalimentaire plus largement impacté par les faillites : plus d’un tiers des disparitions dans les Hauts-de-France sont des liquidations, et plus d’un quart dans les régions Grand Est et Normandie.

Etude complète sur demande
Contacts presse
Thierry Bès                                Audrey Cluber
Tél. 01 55 51 58 01                         Tél. 01 55 51 58 19
Thierry_bes@ellisphere.com     audrey_cluber-ext@ellisphere.com

 

Share