Obtenir le paiement d’une commande avant d’effectuer la livraison ou la prestation est le moyen le plus simple pour éviter tout risque d’impayé. De plus, l’effet sur votre trésorerie est excellent car vous êtes payés avant d’avoir à payer vos propres fournisseurs.

Seul problème, ce mode de paiement est très contraignant pour votre client d’autant plus s’il est dans une situation financière fragile avec une trésorerie tendue.

Le paiement à la commande génère l’émission d’une facture proforma par le vendeur. Ce document est une facture « pour la forme » dans laquelle le prix, le délai de livraison et le mode de paiement sont définis. Il s’agit d’une pièce n’ayant pas de valeur comptable qui s’apparente à un devis. Elle permet à l’acheteur de justifier une sortie d’argent vers le vendeur alors que la facture définitive n’est pas émise. L’acheteur paie au vendeur le montant défini sur la facture proforma (100% du montant TTC). Le vendeur effectue la livraison et émet la facture définitive.

Ce schéma est certainement le plus simple pour à la fois, éviter tout risque d’impayé, et pour améliorer la trésorerie de son entreprise. Il est par contre pénalisant pour l’acheteur avec qui il sera difficile d’établir des relations commerciales durables.

Le paiement à la commande

Proposez un escompte à votre client pour « faire passer la pilule » du paiement à la commande. Sa marge s’en trouvera améliorée ce qui compensera en partie l’avance de fonds d’un point de vue financier et psychologique.

Lire l’article complet sur le blog Etrepaye.fr créé par Bertrand Mazuir, créateur de My DSO Manager

Share