En 2013, Ellisphere, référence française de l’information sur les entreprises, dénombre 63703 ouvertures de procédures collectives (redressements et liquidations judiciaires, procédures de sauvegarde), en progression de 2,6% sur un an, soit un niveau comparable à celui de la crise de 2009. Les défaillances stricto sensu progressent de 2,4%, les sauvegardes explosent de 10,4%.

Niveau de crise pour les défaillances d’entreprises en 2013

En 2013, les défaillances en France métropolitaine (redressements et liquidations judiciaires) progressent de 2,4% sur un an.
Pour les fournisseurs, le montant des encours menacés par les défaillances s’alourdit de 6,1% sur un an, soit une ardoise potentielle de 4,4 milliards d’euros.

Le risque pour les partenaires financiers s’envole de 8%, les encours bancaires des sociétés défaillantes frôlant les 3 milliards d’euros à fin 2013.
Seules 7 régions sur 22 connaissent un recul en 2013, la Picardie enregistrant la plus forte baisse (-13%).

A l’inverse, les plus fortes croissances sur un an sont notées en Haute-Normandie (+14%), en Pays-de-Loire et en Corse (+9% chacune).

8 secteurs d’activités sur 23 voient leurs faillites reculer sur un an. Les hausses les plus fortes sont notées pour les Biens d’équipement du foyer (+14%), le Bois-Papier-Carton-Imprimerie (+10%) et l’Energie (+9%).

Structurellement, les entreprises défaillantes restent de petites entités. 97% sont des TPE, 65,5% comptant entre 0 et 1 salarié et dégageant moins de 500 000 euros de chiffre d’affaires.

75,5% des faillites ont touché des sociétés commerciales, et parmi elles, le nombre de Grandes Entreprise a progressé de près de 25%, la tranche des entreprises supérieure à 250 salariés évoluant de 28%.

Explosion des sauvegardes en 2013 : + 10,4%

En 2013, 1 603 ouvertures de procédures de sauvegarde sont enregistrées, soit une hausse de 10,4% par rapport à fin 2012. Près de 24 600 salariés sont employés par ces entreprises (+4,4%).

L’impact financier des sauvegardes croît significativement en 2013. L’encours des fournisseurs progresse de 12 % à 534,7 millions d’euros. L’encours auprès des banques est lui multiplié par trois sur un an à 1,6 milliard d’euros.

Cette explosion est essentiellement liée par des recours à la sauvegarde privilégiant les restructurations financières de haut de bilan.

Sur un an, les régions PACA, Ile-de-France et Rhône-Alpes cumulent plus du tiers des sociétés en sauvegarde.

L’Ile-de-France et la Haute-Normandie représentent 30% des effectifs menacés.

Côté secteurs d’activités, le BTP reste le premier à avoir recours à la sauvegarde en 2013. Ce secteur représente 22% en nombre d’établissements, 17% en impact social et 23 % en encours fournisseurs.

Les entreprises ayant recours à la procédure de sauvegarde restent de petite taille. Ainsi, 85% sont des TPE, salariant moins de 9 personnes (72,5%) et dégageant moins de 1 million d’euros de chiffres d’affaires (60%).

Cependant comme pour les défaillances, l’année 2013 reste marquée par la hausse des Grandes Entreprises placées sous le régime de la sauvegarde (+56%) et salariant plus de 250 personnes (+75%).

Découvrez l’étude complète réalisée par Ellisphere.

Share