vignette_risque_creditExtrait de l’article « Risk management et PME, le risque de la prime » de Fabien Humbert, publié dans Le Nouvel Economiste du 19 janvier 2017.

… « Il existe plusieurs façons de s’assurer contre un risque. La plus courante consiste à opter pour un contrat à l’année et à payer tous les mois une prime d’assurance. On parle alors de contrat global. “En ce qui concerne le risque crédit, l’idéal est d’être assuré tout le temps, à moins de travailler avec des entreprises qui vous paient cash ou de travailler avec l’État qui est a priori solvable”, assure Cyrille Charbonnel, directeur de Coface Europe de l’Ouest et France. Ou alors vous dirigez une entreprise très riche, dotée de marges très importantes, ce qui lui permet d’absorber sans difficulté un impayé. Mais les entreprises françaises sont malheureusement réputées pour la faiblesse de leurs fonds propres et de leur trésorerie… Ce qui fait de l’impayé l’un des principaux facteurs explicatifs des 60 000 défaillances d’entreprises annuelles en France. La plupart du temps, c’est la globalité du chiffre d’affaires de l’entreprise qui est assurée.
Autre solution, s’assurer au coup par coup. La plupart des PME ne voient pas l’utilité de s’assurer contre les défauts de paiement de leurs clients et fournisseurs habituels, à tort ou à raison. Des relations de personnes à personnes, des relations de confiance sont souvent nouées. Ces entreprises ne s’assureront contre le risque d’impayé que lorsqu’elles voudront contracter avec un nouveau client ou un nouveau fournisseur, ou avec une entreprise considérée comme fragile. Avec Ellicover, Ellisphere a mis au point un système d’assurance-crédit à la carte. “Cette solution d’assurance-crédit permet de garantir une ou plusieurs factures, sur une période de trois mois, à renouveler autant de fois que nécessaire, expose Valérie Attia, directrice générale d’Ellisphere. Ce service, réservé aux entreprises non assurées crédit sur la France, est plutôt utilisé par les PME.”…

Lire l’article complet

Share