Entretien avec Stephen Lord, responsable du département international chez Ellisphere et président de l’association BIGnet e.V.

Plus d’informations sur la solution internationale d’Ellisphere

Quels sont les enjeux des entreprises qui partent à la conquête de marchés extérieurs ?

La mondialisation prend aujourd’hui différentes formes. Elle peut être économique, financière, écologique ou encore culturelle. Dans ce contexte, nombreuses sont les entreprises qui cherchent des opportunités de développement à l’étranger notamment lorsque le marché domestique est morose. Néanmoins, vendre à l’export relève d’une approche commerciale différente de celle utilisée traditionnellement sur le marché domestique. Cela nécessite de bien connaître ses partenaires commerciaux en tenant compte des spécificités de chaque pays, plus particulièrement réglementaires et culturelles concernant l’accès à l’information. Une démarche qui reste souvent complexe à mener, avec un risque accru, si l’on n’y est pas suffisamment préparé.

Quelles sont les principales problématiques liées à l’information sur les entreprises étrangères ?

Premier défi, bien identifier son partenaire commercial. Chaque pays dispose de son propre système d’enregistrement des entreprises. En France, toutes les entreprises commerciales sont référencées auprès de l’INSEE et identifiables à partir d’un numéro SIREN. Au Royaume-Uni, les sociétés à capitaux sont répertoriées dans une base de données unique mais pas les affaires personnelles, tandis qu’en Allemagne, elles le sont dans des bases de données locales. Au demeurant, ce pays, premier partenaire commercial de la France, ne dispose pas d’identifiant national unique.  De même, le nom des formes juridiques des entreprises (EURL, SARL, SA…) varie d’un pays à l’autre, comme les règles de publication de l’information, ce qui crée une grande disparité en matière de disponibilité de l’information.

Traditionnellement en France ou en Belgique, de nombreuses informations sur les entreprises sont ainsi disponibles facilement et à moindre coût (notamment grâce à l’électronique), ce qui n’est pas forcément le cas dans d’autres pays comme l’Italie et l’Espagne, où ces informations, bien qu’accessibles, sont chères. Aux Etats-Unis, seules les sociétés cotées publient leurs bilans. Les dispositions de la loi Macron ont changé la situation en France, certaines entreprises peuvent choisir l’option confidentialité pour leurs bilans et/ou comptes de résultat. Si ces documents ne sont plus diffusibles, Ellisphere continue néanmoins de les recevoir et peut les exploiter, par exemple dans le calcul de scores ou ratios utilisés au quotidien par ses clients.

Enfin, le traitement des informations dont peuvent disposer les entreprises, s’avère parfois difficile, notamment en raison de la langue et du format de restitution utilisés qui diffèrent selon les pays.

« S’informer sur ses partenaires commerciaux étrangers est indispensable à toute entreprise qui se développe à l’international » 

Comment Ellisphere accompagne-t-elle les entreprises face à ces enjeux ?

Pour se développer à l’export, les entreprises ont besoin d’avoir une visibilité optimale sur la santé financière de leurs partenaires commerciaux étrangers. Une démarche dans laquelle nous pouvons les accompagner au regard de notre positionnement international. En effet, nous fournissons des informations économiques et financières sur les entreprises de tous les pays du monde. Pour 100 d’entre eux, ces informations sont accessibles directement en ligne. Au-delà de cette couverture internationale, en termes de récupération de données, la valeur ajoutée d’Ellisphere repose également sur le re-traitement des informations. A ce titre, nous proposons de traduire et de transformer toutes les données brutes que nous récoltons afin de les harmoniser et de les rendre le plus lisible et exploitable possible par nos clients. Nous formatons ainsi les bilans pour les présenter dans des formats uniques et compréhensibles. Enfin, nous retraitons toutes ces informations pour fournir des ratios, des rapports de solvabilité intégrant notre score de probabilité de défaillance et notre avis de crédit, ou encore des enquêtes sur mesure avec analyse réalisée par nos experts.

Quels sont les moyens mis à la disposition des entreprises par Ellisphere ?

D’une part, Ellisphere s’appuie sur son équipe d’analystes internationaux. D’autre part, nous travaillons également avec des partenaires, leaders de l’information sur les entreprises dans leur pays. Par ailleurs, nos informations sont directement accessibles à partir de notre plate-forme web Ellipro. Depuis cette dernière, nous proposons à nos clients de mettre sous surveillance leurs partenaires commerciaux selon des critères d’information financière et de solvabilité. Enfin, dans le cadre de notre adhésion au réseau européen BIGnet, qui rassemble les leaders de l’information sur les entreprises tels qu’Experian au Royaume-Uni, Creditreform en Allemagne ou encore Cerved en Italie, nous travaillons depuis plusieurs années à la simplification de l’accès aux informations sur les entreprises et à leur compréhension. En ce sens, 150 millions de rapports sont déjà disponibles via ce réseau dont l’objectif est de proposer à l’échelle européenne, un format de restitution de l’information standard et cohérent qui puisse être facilement interprété par nos clients. Ceci permettra de pallier l’actuel manque d’identifiant unique pour les entreprises présentes en Europe.

Interview réalisée par la journaliste Anne Del Pozo pour le magazine Option finance