A partir de son coefficient de dynamisme, Ellisphere s’est penchée sur l’évolution du tissu de commerces de détail à Paris en 2013.
Ce ratio permet de juger sur un an du renouvellement de la population des entreprises étudiées en rapportant les créations d’entreprises aux disparitions d’entreprises (faillites et cessations d’activités).

En 2013 avec un coefficient de 1, le nombre de commerces de détail parisiens est resté stable, les créations compensant juste les disparitions. En 2012, le coefficient était déjà limité mais encore positif de 1,1.

Côté créations, les immatriculations de commerces de détail progressaient de 7% en 2013, soit 2 752 nouveaux commerces. En regard cependant, les cessations explosaient de 14%, touchant près de 2 366 entreprises, idem pour les défaillances (+17%) avec près de 386 établissements, évolutions supérieures aux moyennes sur l’ensemble du tissu économique parisien.

La situation apparaît toutefois contrastée par arrondissement. Près de la moitié (9 sur 20) a enregistré un coefficient de dynamisme inférieur à 1, marquant une disparition nette de commerces de détail. 9 autres arrondissements présentaient un coefficient supérieur à 1. Les plus dynamiques en 2013 sont les 1er, 3ème, 17ème et 19ème arrondissements. Le 17ème comptait le solde net de fonds de commerce le plus élevé. A l’inverse les arrondissements les plus atones sont les 4ème, 12ème et 10ème, ce dernier perdant le plus de commerces de détail.

N’hésitez pas à nous laisser un commentaire ci-dessous si vous voulez en savoir plus ou contacter l’auteur de l’article.

Share