vignette_transports_et_logistique-300x180Avec près de 141 000 entités, le secteur Transports & logistique représente 1,6 % des entreprises actives en France métropolitaine, 4,8 % des effectifs salariés avec près de un million de postes de travail, pour un chiffre d’affaires publié de 192,1 milliards d’euros.

Après une période 2011-2014 peu florissante, le secteur est de nouveau dynamique. Entre janvier 2014 et 2015, la population d’entreprises actives progressait ainsi de 6 %, pour atteindre une croissance de près de 10 % entre janvier 2015 et 2016.

0. EEE_secteur_Transports_Logistique_Couverture et sommaire 2017

Ces bonnes performances sont portées par un mouvement exceptionnel de créations d’entreprises. En effet, près de 30 000 nouveaux entrants sont recensés en 2016 pour l’ensemble du Transports & logistique, soit deux fois plus qu’en 2015.

Le Transport terrestre, champion toutes catégories 

Sur l’ensemble du Transports & logistique, le sous-secteur du Transport terrestre se taille la part du lion en 2016 avec 91 % des entreprises actives, 72 % des emplois salariés, 52 % du chiffre d’affaires publié, laissant loin derrière les sous-secteurs Entreposage & logistique, Transport par eau, Transport aérien & spatial. Enregistrant 96 % de la totalité des immatriculations du Transports & logistique en 2016, le Transport routier profite en effet d’un contexte de libéralisation générale du transport avec la Loi Macron.

Une organisation concentrée

Cette sur-représentativité du Transport terrestre impacte largement la structure générale des entreprises. Le secteur Transports & Logistique compte ainsi 82,2 % de TPE, dont près de 50 % d’entrepreneurs individuels.

Toutefois, sur l’ensemble du secteur, plus de 62 % du chiffre d’affaires sont réalisés par 1 % d’entreprises de plus de 250 salariés. Par ailleurs, 60 % de ce même chiffre d’affaires proviennent d’intervenants de plus de 20 ans.

Autre point de concentration, la zone géographique d’implantation – près de 50 % des entreprises sont franciliennes et comptabilisent 46 % des emplois salariés. Arrivent en tête les communes de Paris en nombre d’établissements et de Tremblay-en-France en nombre de salariés.

Une sinistralité en hausse en 2016

Depuis la crise de 2009, le nombre de défaillances d’entreprises (ouvertures de redressement judiciaire et de liquidation judiciaire directe) oscille entre 1 700 et 2 000 par an dans le secteur Transports & logistique. Pour l’année 2016, une hausse significative apparaît avec 1 730 jugements, soit une augmentation de 2,3 %, alors que la tendance nationale est orientée à la baisse avec – 7,2 %.

0. EEE_secteur_Transports_Logistique_Couverture et sommaire 2017

Ici encore, la tendance générale est portée par le Transport terrestre dont le nombre de défaillances progresse de 4 %, soit plus de 90 % des procédures ouvertes. A l’opposé, les sous-secteurs Entreposage & Logistique, Transports par eau, Transport aérien & spatial présentent une meilleure résistance avec un recul des défaillances en 2016.

Enfin, les défaillances du secteur Transports & logistique frappent principalement des entreprises jeunes, 45 % ont moins de 3 ans, et de petite taille, 80 % sont des TPE. De facto, le coût salarial des procédures (moins de 10 000 emplois menacés), ainsi que l’impact financier pour les fournisseurs et les partenaires du secteur sont moindres.

Pour plus d’informations sur ces statistiques pole_statistiques_economiques@ellisphere.com

Share